La fabrication d'un masque chez les Sénoufo, peuple du Nord de la Côte d'Ivoire, ne s'entoure pas de mystère ni de sacré. Fabriquer un masque, un tabouret, un mortier demande au sculpteur le même type d'attention. Le masque n'est qu'un objet de bois à la base. Il ne deviendra sacré que le jour où il sera dansé dans un contexte liturgique. Pour ce faire il faut le masque objet, un costume, des ornements, les attitudes propres à la danse, le halo de mystère,de puissance, de connaissances occultes qui accompagne le masque. Le masque guidera l'homme Sénoufo dans toutes les phases initiatiques du Poro ou lors des funérailles. Certains masques participent aussi à des distractions publiques.

">

  

Rechercher



Menu
  Accueil
   Promotions
   Sélections
   Objets vendus ...
   Contacts
   Liens ...
   L'art primitif, Historique
   Conditions de vente
   Livre d'Or




Accueil > Masques >Côte d'Ivoire / Burkina faso >

Masque-casque Sénoufo "Côte d'Ivoire"
(Réf : 728652238)
Pièce Unique


Prix : 420.00 €

Description détaillée:
Ancienne pièce âge inconnu ,32cm de haut sur 21cm de diamétre pour un poid de 1k300g.

Les Sénoufos (ou Siéna, nom qui se donne et qui signifie ceux qui parlent le séné, le sénoufo) constituent une ethnie africaine, présente au Burkina Faso, dans le sud du Mali (principalement dans la région de Sikasso) et en Côte d'Ivoire (au nord, autour des villes de Boundiali et Korhogo), comptant environ 1,5 million de membres, soit 9,7 % de la population de Côte d'Ivoire. Les Sénoufos sont essentiellement des paysans qui cultivent le riz, le mil, le maïs, l'igname, le manioc et le thé. Les sénoufos sont subdivisés en plusieurs sous groupes : * les pongala dans la sous-préfecture de kasséré * les Niaraforos essentiellement dans le département de Ferkessédougou * les Tchébaras dans le département de Korhogo * les Tagbanas/Tagouanas à Katiola * les Nanfarans dans les sous-préfectures de KARAKORO, NAPIE,KOMBORODOUGOU, etc * les Fodonons (qui dansent le Boloï appellée communément danse panthère) à Lataha, Kataha, Moroviné, Plagbo etc...) Les Miniankas sont considérés comme apparentés au peuple Sénoufos. Ils sont installés dans les cercles de Koutiala et de San, au Mali. Les villages sénoufos sont gouvernés par un conseil des anciens. Dès l'âge de 7 ans, les Sénoufos sont initiés et éduqués. La théologie senoufo est basée sur Koulotiolo, dieu puissant et Katielo, déesse mère. Les sociétés initiatiques, dont le poro[1] est la plus importante, jouent un rôle déterminant dans la vie des Sénoufos.

La fabrication d'un masque chez les Sénoufo, peuple du Nord de la Côte d'Ivoire, ne s'entoure pas de mystère ni de sacré. Fabriquer un masque, un tabouret, un mortier demande au sculpteur le même type d'attention. Le masque n'est qu'un objet de bois à la base. Il ne deviendra sacré que le jour où il sera dansé dans un contexte liturgique. Pour ce faire il faut le masque objet, un costume, des ornements, les attitudes propres à la danse, le halo de mystère,de puissance, de connaissances occultes qui accompagne le masque. Le masque guidera l'homme Sénoufo dans toutes les phases initiatiques du Poro ou lors des funérailles. Certains masques participent aussi à des distractions publiques.




Copyright Art et Afrique 2007
Masque ,Art primitif Afrique de l'ouest Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Mali, Togo, Guinée, Ghana, Cameroun, Congo, Gabon Niger et Nigeria.