Sur la côte-est du Golfe du Bénin, une naissance est un événement heureux qui intervient dans le contexte qui relie la vie à la mort. La croyance dans la réincarnation est toujours vivace, malgré l’influence du christianisme. A la naissance d’un enfant, il faut écouter parler les ancêtres à travers les devins ou ceux qui pratiquent la nécromancie. Il y a certaines naissances auxquelles il faut attacher une attention particulière. Ce sont les naissances qui se présentent « les pieds devant ». On doit les vénérer pour ne pas attirer sur son foyer la colère de ces « demi-dieux ».

La naissance de jumeaux, jumelles ou triplés est tout aussi chargée de signification. Les naissances multiples, à la maternité ou à l’hôpital, ou plus naturellement chez les accoucheuses traditionnelles, sont fréquentes dans cette région. On se pose nécessairement des questions. Sont-ils nés naturellement, en présentant la tête la première ? L’un d’eux a-t-il présenté les pieds en premier ? Qui est sorti le premier ? Le prénom de l’enfant dépend de ces corollaires. Le devin détermine « l’arbre duquel sont descendus les bébés ». Le lignage de la gémellité est-il paternel ou maternel ? Un représentant du lignage interroge les bébés :
« Etrangers, vous n’avez pas encore de noms, êtes-vous venus nous visiter ou restez-vous avec nous ? Si c’est pour nous visiter, vous pouvez partir de suite, mais si c’est pour être des nôtres, vous êtes les bienvenus ».
Il fait alors une libation. Cela se reproduit pendant huit à seize jours suivant la décision du devin.">

  

Rechercher



Menu
  Accueil
   Promotions
   Sélections
   Objets vendus ...
   Contacts
   Liens ...
   L'art primitif, Historique
   Conditions de vente
   Livre d'Or




Accueil > Nouveautés >

jumeau vénavi Ewé "Togo"
(Réf : 1209400246)
Pièce Unique


Prix : 160.00 €

Description détaillée:
Ancienne pièce, elle fait 18cm de haut

Contrairement à ce que pensent beaucoup de collectionneurs ou experts, les statuettes de jumeau ne fonctionnent pas par couple comme les statuettes d’ancêtres. Elles sont à prendre chacune dans l’individualité de leur signification. Le P. Bernard Bardouillet, sma, a collecté auprès de François Gbedevi et Benoît Houndjafo, demeurant à Adamavo-Lomé, un document explicatif dont ce qui suit est la transcription.

Sur la côte-est du Golfe du Bénin, une naissance est un événement heureux qui intervient dans le contexte qui relie la vie à la mort. La croyance dans la réincarnation est toujours vivace, malgré l’influence du christianisme. A la naissance d’un enfant, il faut écouter parler les ancêtres à travers les devins ou ceux qui pratiquent la nécromancie. Il y a certaines naissances auxquelles il faut attacher une attention particulière. Ce sont les naissances qui se présentent « les pieds devant ». On doit les vénérer pour ne pas attirer sur son foyer la colère de ces « demi-dieux ».

La naissance de jumeaux, jumelles ou triplés est tout aussi chargée de signification. Les naissances multiples, à la maternité ou à l’hôpital, ou plus naturellement chez les accoucheuses traditionnelles, sont fréquentes dans cette région. On se pose nécessairement des questions. Sont-ils nés naturellement, en présentant la tête la première ? L’un d’eux a-t-il présenté les pieds en premier ? Qui est sorti le premier ? Le prénom de l’enfant dépend de ces corollaires. Le devin détermine « l’arbre duquel sont descendus les bébés ». Le lignage de la gémellité est-il paternel ou maternel ? Un représentant du lignage interroge les bébés :
« Etrangers, vous n’avez pas encore de noms, êtes-vous venus nous visiter ou restez-vous avec nous ? Si c’est pour nous visiter, vous pouvez partir de suite, mais si c’est pour être des nôtres, vous êtes les bienvenus ».
Il fait alors une libation. Cela se reproduit pendant huit à seize jours suivant la décision du devin.



Copyright Art et Afrique 2007
Masque ,Art primitif Afrique de l'ouest Côte d'Ivoire, Burkina Faso, Mali, Togo, Guinée, Ghana, Cameroun, Congo, Gabon Niger et Nigeria.